Accueil

Procès Trabelsi : le statu quo

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Procès Trabelsi : le statu quo

JEAN-PIERRE BORLOO

Outre les aveux tardifs du prévenu Aberkan, il semble que le procès en appel de Nizar Trabelsi, de Tarek Maaroufi et d'Omar Sliti, notamment, ne nous apprendra rien de neuf. Au contraire, les prévenus maîtrisant bien le contenu du dossier chargent davantage les autres, ceux qui sont détenus en France par exemple, pour se disculper l'un l'autre.

Me Michel Graindorge, avocat d'Aberkan, espérait d'ailleurs plus de mansuétude pour son client. Celui qui a pris des risques en avouant tardivement certains faits mériterait davantage de respect, a estimé l'avocat qui a critiqué la manière dont le président de la cour d'appel de Bruxelles a interrogé Aberkan.

Celui-ci reconnaît maintenant avoir conduit Abdelsattar Dahmane et Adel Tebourski (détenu en France) à l'aéroport d'Amsterdam et de Francfort. Dahmane est un des deux tueurs du commandant Massoud. S'il n'en avait pas parlé avant, c'était tout simplement par peur. Peur d'être associé à des terroristes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs