Accueil

Quinze années pour Véronique Laurent Le meurtre de Piro était étranger aux «révélations»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Quinze années pour Véronique Laurent Le meurtre de Piro était étranger aux «révélations»

Véronique Laurent n'a pas été provoquée par son mari violent au point qu'elle trouve dans son geste assassin du 5 décembre 1996 une excuse légale. Ainsi en a décidé mercredi soir le jury des assises du Hainaut. Dans la foulée, l'accusée, reconnue coupable d'assassinat sur son mari Michel Piro, était condamnée à 15 ans de réclusion.

Vers 22 h 30 le même soir, les parents Lejeune et Russo étaient déboutés dans leur action civile. Arrêt civil sans surprise... L'avocat général M. Yernaux n'avait pas été convaincu que l'assassinat de Piro privait les parents des fillettes d'un témoin important dans l'affaire Dutroux. Maître Anne Krywin, l'avocate de la défense, allait s'en référer à l'avis de la Cour... position logique dans le sens où Véronique Laurent l'avait dit et répété: elle avait commandité l'assassinat de son mari parce qu'il était violent, et pour des raisons financières.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs