Accueil

Pourquoi les victimes de prêtres abuseurs fustigent l’Eglise Léonard écoute mais n’agit pas

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les faitsJ’ai été violé par un prêtre, tel est le titre d’un livre signé l’an dernier par Joël Devillet, un jeune homme de 37 ans originaire d’Aubange. Depuis le début des années 80, il était en contact avec les prêtres de sa région. En 1987, Gilbert H., un jeune vicaire de 27 ans, arrive à Aubange. Il séduit les enfants de la commune. « Il avait un baby-foot, une console de jeux, un grand lit, relate Joël. Il n’en fallait pas plus pour attirer les enfants. J’en faisais partie. Tout a commencé par des caresses. Puis c’est allé plus loin. Lorsqu’il avait joui, il me renvoyait chez moi. Je n’aimais pas ça et je lui ai écrit plusieurs lettres. Il me répondait. » Une correspondance qui allait servir de preuves à Joël des années plus tard.

Leur dénonciation« Dès 1990, j’ai écrit à l’évêque auxiliaire de Namur, Mgr Musty pour lui faire part des abus dont j’étais victime et pour lui demander à ce que le vicaire parte », se souvient Joël Devillet.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs