Tubize Arcadie Claret était de Viscour : Sur les traces du grand amour du Roi

Temps de lecture: 2 min

Oui, la maîtresse du roi Léopold Ier s'appelait bien Arcadie Claret (1826-1897). Non, elle ne s'appelait pas Arcadie Claret de Viescourt. Du nom d'un petit fief nommé Viscour situé le long de la Senne à Tubize. Un petit fief que les Claret avaient hérité au XVIIIe siècle. Victor Capron, à qui l'on doit déjà une étude surprenante sur la descendance naturelle de Léopold Ier parue en 1996, est catégorique. Dans une nouvelle plaquette intitulée Sur les traces d'Arcadie Claret, le grand amour de Léopold Ier (1), il fait un sort à ce nom à particule qui évoque les origines tubiziennes de la liaison de Sa Majesté le Roi des Belges.

Pourtant, le souvenir du nom de la petite seigneurie de Tubize est resté vivace dans la famille Claret. Et cela à tel point que certains descendants se sont enhardis et ont relevé le nom Claret de Viescourt dans quelques actes d'état civil. Mais il convient de ne pas utiliser ce patronyme en ce qui concerne la maîtresse du Roi comme le font certains auteurs. Par contre, le frère d'Arcadie a réussi à rendre vie à ce nom et à se l'octroyer officiellement tout en l'encrant à l'état civil. A tel point que le patronyme a survécu jusqu'à aujourd'hui.

Outre cette mise au point, l'auteur nous apprend que Léopold Ier était un petit cachottier. Il a ainsi découvert que la fondation que le Roi avait créée à Cobourg, officiellement dans des buts philanthropiques, servait en fait à assurer l'avenir financier de sa maîtresse et de ses enfants. Et cela via un fonds secret qui devait être géré séparément. Les sommes étaient conséquentes. Léopold II n'a rien inventé. Tel père, tel fils.

(1) 112 pages. 25 euros. + frais de port. Rens. chez l'auteur 02.640. 27.63.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une