Rixensart Le club ferroviaire local dévoile un extraordinaire projet : Sus au train-train quotidien

Offrir aux amateurs de chemin de fer la possibilité d’assouvir et de revivre l’épopée fantastique du monde du rail, tel est l’objectif du club ferroviaire de Rixensart (CFR) », explique son président Claude Defechereux (63 ans). Un club fondé en 1983 et qui compte aujourd’hui 65 passionnés – mais alors là, passionnés ! – par le rail au sens large.

Pour l’heure, le club développe un projet époustouflant et de longue haleine. Une petite équipe de dix personnes est ainsi à pied d’œuvre depuis une dizaine d’années. Elle reconstitue à l’échelle 1/87 le « grand réseau » représentant la gare de Trois-Ponts sise non loin de Coo, en province de Liège. Le but final étant de reproduire le plus fidèlement possible le mode d’exploitation d’une gare SNCB.

Dans une salle mise à la disposition du club par la commune, l’équipe a construit 18 modules qui reprennent les lignes (L42) Liège-Gouvy et (L45) Trois-Ponts-Malmedy. L’ensemble est donc démontable et transposable dans le cadre d’expositions futures.

« On a reproduit la situation de la gare telle qu’elle existait entre 1950 et 1960… C’est-à-dire quand elle était encore en pleine activité », explique la locomotive du club, le président Defechereux.

Pour l’heure, la maquette, qui fait plusieurs mètres de long, fonctionne déjà. Des trains y circulent et s’y croisent sans problème. Cette circulation s’effectue en digital (DCC). « Par contre, la commande des équipements se fait en mode analogique, histoire de retrouver un peu le train de Papa et de s’amuser avec les aiguillages », indique Patrick Maes, l’ingénieur responsable du projet.

« On peut même simuler

les bruits de moteur »

« La technique digitale est tellement poussée que l’on peut même simuler les bruits du moteur des machines ou mettre un klaxon. Tous les paramètres de la vraie machine peuvent être reportés en modélisme grâce au numérique. On arrive à reproduire exactement ce qui se passait dans une cabine de signalisation », poursuit l’ingénieur Patrick Maes.

La reconstitution est hyperréaliste. Pour ce faire, l’équipe dispose de photos aériennes du site, prises depuis un ULM. « Nous avons plus de 1.000 photos du site. Tout est reproduit à l’identique : la gare, la cabine de signalisation… C’est du cousu main. »

Ainsi, la maquette de la gare est due au travail de Marc Henrioul, géomètre de son état et spécialiste en la matière. Il a réalisé cette maquette avec du carton, et avec une précision qui laisse bouche bée.

(1) CFR. Rens. : 02-654.05.79.