TOTO RIINA,NUMERO UN DE LA MAFIA,ARRETE A PALERME TOTO LE COURT,UN GRAND CRIMINEL

Temps de lecture: 5 min

Le parrain des parrains se cachait depuis un quart de siècle: sa capture plonge l'Italie démocratique dans l'euphorie

Toto Riina, numéro 1 de la Mafia, arrêté à Palerme

ROME

De notre correspondante

particulière

Un événement historique; le coup le plus dur que nous ayons asséné à la Mafia; un coup brillant; une journée magnifique: voilà quelques-uns des commentaires qui ont accueilli l'annonce, vendredi matin, de l'arrestation du boss des boss, l'imprenable Toto Riina, recherché depuis près de 25 ans.

UNE BONNE NOUVELLE

MAIS PAS UNE SURPRISE

À Rome, les ministres de l'Intérieur et de la Justice ont applaudi avec leurs collègues la nouvelle apprise en plein Conseil des ministres.

Le président de la République, Oscar Luigi Scalfarro, le premier averti vendredi matin par les carabiniers de Palerme, n'a cessé toute la journée de téléphoner aux uns et aux autres pour les féliciter.

L'arrestation de Riina a une signification importante, a souligné le chef de la police Vincenzo Parisi, puisqu'elle démontre que la Mafia n'est pas invincible.

Euphorie pour les démocrates italiens: on apprenait la bonne nouvelle, dans les magasins, dans les banques.

À Palerme, les gens se rassemblaient dans les rues pour écouter la radio.

À vrai dire, cette arrestation n'est pas vraiment une surprise en Italie.

Dans une interview publiée cette semaine par «Mondo Economico», le chef de la DNA, super-parquet anti-mafia, Bruno Siclari annonçait: Riina est pris au piège. Le sociologue spécialisé en Mafia, Pino Arlacchi, avait déjà prévu l'arrestation de Riina pour l'année nouvelle avant la fin de 1992.

Riina avait réussi l'exploit de vivre en clandestinité pendant près de 25 ans, probablement au coeur même de Palerme. Lorsque le haut fonctionnaire des services secrets Bruno Contrada fut arrêté à la veille de Noël, suspect de collusion avec la Cosa Nostra et plus particulièrement avec Toto Riina, la situation du boss des boss devint plus précaire que jamais.

«Il S'AGIT D'UNE ERREUR»,

DIT D'ABORD LE BIG BOSS

Vendredi matin, après trois mois de filatures, d'écoutes téléphoniques, d'enquêtes discrètes, Riini «tombait». A 8 h 30, cinq carabiniers bloquaient, en plein centre de Palerme, une Citroën ZX avec deux suspects à bord, deux hommes munis de faux papiers d'identité.

Il s'agit d'une erreur, s'était exclamé Riina, qui, cependant, un peu plus tard, devait admettre que c'était bien lui l'homme le plus recherché d'Italie.

Le patron de la Mafia n'était pas armé, sa voiture n'était pas blindée.

Cette arrestation, que les spécialistes tiennent pour le plus terrible coup porté à la Mafia depuis quarante ans, coïncide avec l'arrivée à Palerme du premier procureur de la République non sicilien, Giancarlo Caselli, spécialiste turinois de l'antiterrorisme qui prenait ses fonctions vendredi au moment où Riina était arrêté. Une coïncidence de bon augure.

Toutefois, l'enthousiasme ne doit pas faire oublier, a souligné à plusieurs reprises le ministre de l'Intérieur Mancino, que la guerre contre la Mafia n'est pas encore gagnée et qu'il ne s'agit pas de crier victoire trop vite. Tel le phénix de la mythologie égyptienne, la pieuvre mafieuse peut renaître de ses cendres... La société criminelle a une longue histoire et a déjà surmonté de très mauvaises passes.

VANJA LUKSIC

Article page 17

Le boss de la Mafia était notamment surnommé le Fauve

Toto le Court, un grand criminel

ROME

De notre correspondante

particulière

Classé par Interpol parmi les dix criminels les plus dangereux du monde, considéré par les mafiosi comme un boss sanguinaire et sans scrupules, surnommé «la Belva» (le Fauve), Toto Riina, plus familièrement U Curu (Toto le court - 1,61 m!), le boss des boss, né il y a 62 ans à Corleone sous le signe du Scorpion, condamné à perpétuité et responsable présumé d'innombrables assassinats, était recherché depuis bientôt 25 ans.

SOBRIQUET NON USURPÉ

La «fugue» du Fauve avait commencé un jour d'été de 1969 quand il s'était échappé d'un village du nord de l'Italie où il avait été placé en «surveillance spéciale». Toto Riina, revenu à Palerme, n'avait plus jamais quitté son île natale.

Il y vivait tranquillement, incognito, avec sa femme et ses quatre enfants.

Depuis le temps, la police qui n'avait que des photos datant de sa jeunesse, ne connaissait même plus son visage.

Toto Riina et Bernardo Provenzano (un autre boss probablement décédé) sont les éléments les plus dangereux dont dispose la Mafia, avait écrit le juge Falcone dans un rapport du début des années 80.

Quelques années plus tard, le grand repenti Tomaso Buscetta, et bien d'autres après lui, confirmaient le caractère féroce et le rôle prépondérant de Riina à l'intérieur de Cosa Nostra.

Protégé du parrain Luciano Liggio dans les années 60, Toto Riini avait gravi les échelons de la hiérarchie de Cosa Nostra d'autant plus rapidement qu'il n'avait jamais eu aucun scrupule à se débarrasser des autres boss. En commençant, en 1981, par Stefano Bontabe et Gaetano Badalamenti avec lesquels il partageait le pouvoir dans une sorte de triumvirat.

ISOLÉ PAR SA CRUAUTÉ?

L'impitoyable guerre de la Mafia dont Toto Riina et le clan des Corleone ont été les grands vainqueurs a fait un millier de victimes au cours des années 80. Sans compter tous les assassinats de juges, policiers et autres représentants de la lutte contre l'organisation.

De plus en plus dictateur et sanguinaire, Riina terrorisait la Cosa Nostra elle-même, parce que, à l'intérieur de celle-ci, il était, semble-t-il, de plus en plus contesté.

Riina, c'est quelqu'un qui a les yeux plus grands que la bouche, avait dit de lui Luciano Liggio, définitivement remplacé par Toto Riina à la tête de la Coupole, l'organe suprême de Cosa Nostra après son arrestation de 1975.

Cette trop grande avidité du Fauve a fini, peut-être, par l'isoler au point de le jeter dans les bras des carabiniers de Palerme.

VANJA LUKSIC

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une