UNE CIGARETTE ALLUMEE AVAIT DEROUTE LE VOL PARIS-MIAMI REGINE,VICTIME DE LA RIGUEUR ANTI-TABAC AMERICAINE

Une cigarette allumée avait dérouté le vol Paris-Miami

Régine, victime de la rigueur anti-tabac américaine

WASHINGTON

De notre envoyée spéciale

permanente

Fumer? C'était déjà une tare sociale aux États-Unis; souvent, c'est un crime, comme l'a appris Régine à ses dépens dans l'avion American Airlines qui l'emmenait de Paris à Miami.

Régine Choukroun: le nom ne dit sans doute rien à l'agent du FBI qui a emmené la chanteuse, ex-animatrice des folles soirées du Tout-Paris, et son fils Lionel Rotcage, arrêté pour avoir refusé d'éteindre sa cigarette.

L'altercation entre Lionel Rotcage et le steward aurait dégénéré lorsque le passager déclara tout de go qu'il se foutait du règlement, avant de bousculer une hôtesse et de demander au commandant de bord appelé en dernier recours: Qu'est-ce que vous allez faire? Me descendre? Non: le débarquer, avec une étape impromptue à Boston, afin de le remettre au FBI pour avoir perturbé le vol.

Après avoir comparu devant le juge qui a fixé la caution à dix mille dollars et le procès au 6 mai, Régine et son fils parlaient de fossé culturel. Bien vu. Aux États-Unis, on dégaine parfois son arme, mais encore plus vite son avocat. Et une attitude puritaine prévaut désormais face à la cigarette. L'intoxiqué du tabac est devenu un paria - surtout dans les quartiers chics et les boutiques faux-French. Fumer (sauf le cigare) est une faute de goût autant qu'un délit.

Pression sociale, pression légale: les non-fumeurs ont donc l'avantage sur ceux qui se révoltent contre ces mesures qui limiteraient leur liberté individuelle. Tous les vols intérieurs sont à présent garantis sans tabac; il est interdit de fumer dans les lieux publics. Certains aéroports conservent parfois un «bocal à tabagie» mais d'autres obligent les fumeurs à sortir du terminal, et s'éloigner d'une centaine de mètres, avant de pouvoir allumer une cigarette. Les règlements varient selon les villes; les plus sévères obligent les fumeurs à se déplacer constamment pour empêcher les réunions à l'entrée des bâtiments pendant la «pause cigarette». Et même ceux qui travaillent seuls, dans un bureau privé, sont soumis à l'interdiction de fumer sur les lieux de travail.

Ces lois, assorties de peines et d'amendes, sont appliquées. Timothy Leary, le pape de la contre-culture jadis inquiété pour son prosélytisme du LSD, en fit l'expérience: il y a quelques années, il fut arrêté à l'aéroport de Dallas, une «simple» cigarette au bec. Régine et son fils, pour avoir perturbé le vol d'American Airlines, sont passibles de 250.000 dollars d'amende (7 millions) et de 20 ans de prison; la chanteuse a toutefois annoncé un contre-procès pour violation des droits de l'homme. Elle est indignée que son fils ait été emmené menottes aux poings; sur le moment, elle aurait tenu des propos obscènes, affirme le FBI. Pas de chance: même si la liberté d'expression demeure une valeur sacrée, les Américains sont de plus en plus alarmés par le manque de civilité de leur société - une perte des bonnes manières et de l'art de vivre à laquelle ils imputeraient volontiers jusqu'au climat de violence qui prévaut dans les villes.

N. M. (avec AFP)