Une conséquence insoupçonnée du mariage princier Du rouge en prime sur le blason de la famille d'Udekem d'Acoz

Temps de lecture: 2 min

Une conséquence insoupçonnée du mariage princier Du rouge en prime sur le blason de la famille d'Udekem d'Acoz

Depuis que leur fille et nièce a convolé en justes noces avec le prince héritier de la couronne de Belgique, les trois frères d'Udekem d'Acoz, simples écuyers jusqu'alors (à l'exception de l'aîné Henri, auquel revenait le droit de porter le titre de baron), ont été élevés au titre de comte. Le Roi a aussi souhaité que les armoiries des d'Udekem d'Acoz soient modifiées. Il voulait voir figurer du rouge à côté de l'or des trois maillets et du noir du fond de sable de manière à retrouver les trois couleurs nationales, explique Fernand Brose, maître-graveur et médailleur ès héraldiques, auquel a été confiée la lourde tâche.

Entre les exigences des uns et les hésitations des autres, l'homme de Sassor, qui ne redoute que l'ombre du château de Franchimont au pied duquel il a fait son trou, a commencé à graver à 16 ans à la FN à Herstal avant de devenir créateur et réalisateur de blasons sur parchemin et sur 14.000 chevalières. Il n'en est donc pas à son coup d'essai. C'est lui déjà qui a signé le premier écu européen ainsi que les armoiries et le drapeau de la Communauté germanophone et de la Flandre orientale.

Avec l'accord du conseil héraldique (NDRL personnalités érudites en matière héraldique), j'ai finalement proposé une filière ou bordure diminuée rouge, qui cerne en relief l'écu pour les d'Udekem d'Acoz, explique-t-il.

Dans la foulée, les trois frères lui ont confié aussi la réalisation des lettres patentes, une pour Patrick, le père de Mathilde, et une deuxième commune pour les deux autres. Fernand Brose déploie l'autre facette de son talent, l'enluminure. J'utilise de l'or 24 carats, en poudre ou en feuille et des parchemins venus d'Angleterre où les veaux conservent leur peau intacte grâce à l'absence de barbelés. C'est la première fois que j'exécute des lettres patentes avec les trois couleurs nationales, souligne l'artiste.

Mais le meilleur est pour la fin. Le prince Philippe et la princesse Mathilde m'ont commandé leurs nouvelles armoiries officielles , dévoile le Theutois. J'aurais voulu avoir davantage recours à mon graphisme particulier et faire plus contemporain, mais j'ai du faire des compromis. Un second jeu d'armoiries, sans manteau princier cette fois, est réservé à l'usage privé du couple pour la vaisselle, les cartes de visite. Est-ce là le couronnement d'une carrière? J'espère que non, confie l'artiste.

B. Lg

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une