Arts plastiques Michel Cleempoel à Liège : Une ombre dans de beaux draps

Temps de lecture: 3 min

Une façade XVIIIe, rue Hors-Château à Liège, où la fête de la gravure bat son plein. On pousse la porte et des pièces en enfilade s'ouvrent comme des boîtes. La cour intérieure chaulée de blanc lorgne vers un air de campagne.

Pourtant, nous sommes en plein coeur de la Cité ardente, dans un quartier où jadis on ne chômait guère. Le nom de l'impasse des Drapiers rappelle le passé de ces maisons minuscules. A côté des hôtels de maître de la rue principale, se trouvaient de nombreux ateliers d'artisans textiles qui utilisaient, dès le XIe siècle, l'eau d'un bras de la Légia coulant vers la Meuse. L'ensemble a été restauré dans le respect des lieux, sous la houlette de l'architecte Jean-Marc Huygen et de Denise Biernaux qui a décidé d'y installer une galerie dédiée à l'art textile, comme une seconde porte ouverte sur ses activités au Centre de la tapisserie de Tournai.

Après une première exposition consacrée à Eric Chevalier et Anne Masson, Michel Cleempoel envahit la galerie, dans une délectation de la lenteur où l'image joue les belles qui se dérobent, ou se révèlent, à l'ombre tactile des arts numériques. Les différentes chambres deviennent des lieux habités. Des émotions confuses resurgissent sur des motifs de papier jauni. En ces entre-deux où chaque image est une construction pure, des scènes imaginées sortent des gonds de l'histoire de l'art. Or la trace n'a d'autre origine que la main de l'artiste qui scanne des ombres et dessine avec des logiciels.

Au fond de la cour, à chaque ouverture de la porte, une boucle de cinq secondes est enregistrée et projetée en superposition avec des enregistrements antérieurs. On se voit ainsi confronté à des rencontres aléatoires avec les visiteurs précédents. L'installation interactive Paramnesia renoue avec la toile, le tissage, les paradoxes de l'image, la perception inconsciente et cette malice de la lenteur qui contrecarre le désir immédiat de la technologie.

Le lieu des possibles

La galerie est une véritable découverte en soi, mais le lieu recèle encore bien des possibles. Une bibliothèque spécialisée dans les arts du textile et du design s'y installe peu à peu. Une résidence d'artiste va encadrer des expositions, toujours autour de la question du design et de l'art où les frontières ne sont que contextuelles. Denise Biernaux veut que ce lieu soit aussi novateur dans son approche de l'art.

Noix de galle, gambier pour la teinture rouge marron, fioles de poudres, incandescences refroidies qui nous livreront telle teinture merveilleuse... En haut d'un escalier en colimaçon, la configuration très particulière des bâtiments se prête aussi à créer un espace dévolu à l'atelier textile alors qu'une boutique devrait compléter bientôt ces Drapiers.

Paramanesia, galerie Les Drapiers, 68 rue Hors-Château, Liège.

Tél. 04-222.37.53.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une