Une somme de plus de 20.000 mots, pour sauver un patrimoine en voie de perdition Le gaumais du sud a son dictionnaire

Une somme de plus de 20.000 mots, pour sauver un patrimoine en voie de perdition Le gaumais du sud a son dictionnaire

Dans l'attente d'un dictionnaire général des patois gaumais, dû à d'autres passionnés, Georges Thémelin nous livre le fruit de cinq ans de travail.

De moins en moins de personnes parlent les dialectes régionaux, que ce soit le wallon ou le gaumais. Georges Thémelin, un instituteur de Dampicourt (Rouvroy), vient de réaliser un volumineux dictionnaire «français-lorrain», pour ne pas oublier ses racines gaumaises, le langage unique d'une région, son âme. L'ouvrage, édité à compte d'auteur aux éditions de la Joyeuserie, et imprimé chez Michel Frères, est fort de 720 pages et pèse 1,5 kg. Un ouvrage indispensable pour tout Gaumais qui se respecte et respecte son «pays».

*Est-ce le premier dictionnaire de la Gaume?

*Non. J'ai d'ailleurs puisé une partie de mes informations dans une série d'ouvrages qui ont été édités il y a des années, comme les glossaires du cercle culturel de Saint-Léger, celui d'Edouard Liégeois et de Jules Massonnet. Mais ils étaient moins complets. On m'a également prêté des manuscrits qui n'ont jamais été publiés, comme un volumineux fichier inédit d'Edmond Jacques, l'ancien maire de Saint-Mard. S'y ajoutent tous les écrits en langue lorraine, mes souvenirs et ceux de mes amis et connaissances.

*Ne fait-il pas double emploi avec le travail accompli depuis quelques années par l'Académie des patois gaumais?

*J'ai commencé ce travail avant que Roger Moreaux et ses amis de l'académie ne s'attellent à cette tâche colossale. Mon dictionnaire se limite au patois du sud de la Gaume, celui de Dampicourt, d'Ethe, de Saint-Mard et de Meix. L'académie s'attache à réunir les mots de tous les patois gaumais, de Torgny à Habay et de Rachecourt à Muno. De plus, mon ouvrage va du français au gaumais, alors que l'académie part du patois. Ceci dit, j'ai collaboré avec elle, mais j'ai dû abandonner pour mener à bien ce projet.

*D'où vous est venue l'idée de rassembler plus de 20.000 mots et expressions?

*Je suis instituteur à Saint-Mard, mais, durant 25 ans, j'ai enseigné pour les enfants des militaires belges en Allemagne. A mon retour en Gaume, il y a neuf ans, j'ai voulu monter un spectacle avec les enfants des 5e et 6e primaires. J'ai pensé écrire de petits sketches en gaumais. Depuis lors, tous les deux ans, on présente un spectacle en gaumais à Saint-Mard, auquel se joignent des adultes. Certains élèves qui sont dans le secondaire reviennent. Mais il ne s'agit pas d'un travail scolaire. Cela se passe après 16 heures, et les enfants qui viennent sont volontaires. Puis, de fil en aiguille, j'ai décidé d'établir pour moi et mes élèves un lexique. C'était il y a 5, 6 ans. Je suis parti d'un petit dictionnaire français de mes élèves. J'ai mis sur fiche les mots qui étaient susceptibles d'exister en gaumais. Puis je les ai répertoriés dans mon ordinateur, car ils s'entassaient par centaines. Au fur et à mesure, j'ai fait relire par certaines personnes passionnées.

*Les dialectes sont souvent des langues orales, peu écrites. Comment avez-vous choisi l'orthographe?

*J'ai pris celle qui est la plus proche du français, la plus facile. Quand j'écris un texte en patois, je le soumets à mes élèves qui doivent le comprendre facilement. Ceci dit, le patois est riche en expressions de terrain. D'une part, il y a de nombreuses expressions pour caractériser un seul terme. Un fou, un exalté, c'est «in èvaltounné», «saute-aux-blosses», «èchauré», «aheuré» ou encore «in afoch'né». D'autre part, il y a des mots intraduisibles tels quels. Il faut passer par une périphrase. Par contre, il y a peu de place pour les sentiments.

*D'autres projets?

*Je continue à donner des cours du soir en patois, pour les adultes. C'est la 2e année. Il réunit une dizaine de personnes. J'écris aussi des textes pour mon épouse Cécile Liégeois qui les met en musique. Elle chante uniquement en gaumais. Et puis, je travaille à un complément du dictionnaire. J'ai déjà plus de 300 mots à rajouter...

Propos recueillis par

JEAN-LUC BODEUX

«Dictionnaire français-lorrain (patois de la Gaume)», de Georges Thémelin, édition de la Joyeuserie, 720 pages, 1.100F + 150 F de frais d'envoi. Chez l'auteur, 2, rue de Mathon à 6767 Dampicourt (063-58.14.70).