Revenir à l'article

Et si on parlait à l’intelligence et non à l’instinct de l’électeur?