Revenir à l'article

Avec le port de Beyrouth ravagé, c’est ce qu’il restait de l’économie libanaise qui part en fumée