Revenir à l'article

Dans le train bondé vers la Côte: «Le virus se régale, là!»