Policiers attaqués à Schaerbeek: la piste terroriste évoquée, ce que l’on sait de l’auteur

Le dossier a été transmis au parquet fédéral.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Deux policiers ont été agressés ce mercredi peu avant midi sur le boulevard Lambermont, à Schaerbeek, par un homme armé d’un couteau suisse. L’un des agents a été blessé au cou, l’autre l’a été au ventre, a expliqué la zone de police Bruxelles-Nord. Les jours des deux victimes ne sont pas en danger.

Selon les informations transmises par le parquet fédéral, l’individu s’appelle Hicham D. et il a 43 ans. Il est né le 26 avril 1973 et est de nationalité belge. Selon les informations de la RTBF, il s’agirait d’un ancien militaire, cité dans des vieux dossiers de terrorisme. Il serait donc connu de la Justice.

Dans un premier temps confiée au parquet de Bruxelles, l’enquête a été transmise en milieu d’après-midi au parquet fédéral. «Le dossier a été fédéralisé car on a tout lieu de croire qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Nous ne pouvons pas en dire plus à l’heure qu’il est car nous collectons des informations», expliquait Erik Van der Sypt, porte-parole du parquet fédéral dans l’après-midi.

L’agression a eu lieu près du CHU Brugmann. L’agresseur aurait porté des coups de couteau aux deux agents, les blessant, pour l’un au cou et l’autre au ventre. Selon nos information, l’un était en uniforme, l’autre en civil. Le suspect a ensuite pris la fuite mais pas pour longtemps. Il a été intercepté par une autre patrouille un peu plus loin. L’homme a alors tenté de faire à nouveau usage de son arme blanche et aurait cassé le nez d’un troisième agent de police, qui a ensuite tiré sur la jambe de l'individu. L’auteur des faits a ainsi pu être arrêté.

Aucune revendication à l’heure actuelle

Selon les premières déclarations du parquet, l’agresseur n’aurait pas exprimé la moindre revendication en commettant son acte ou au moment de son interpellation. Néanmoins, très vite les enquêteurs ont estimé qu’il s’agissait d’un acte à connotation terroriste puisqu’ils ont transmis l’affaire au parquet fédéral, seule instance habilitée à investiguer en matière de terrorisme. L’homme avait-il prémédité son geste? Faisait-il l’objet d’une surveillance particulière de la part des policiers? L’enquête le dira.

Le juge d’instruction, spécialisé en matière de terrorisme, décidera ultérieurement de son maintien en détention éventuel.

La vidéo sur mobile

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une