Le Festival au Carré annule à son tour

FAC19-©-David-Bormans
 
Marcel Tadokoro.
vkingur-lafsson-reflections
« Je suis tout entière, corps et âme, alignée sur mes valeurs.  Je me sens libre et forte. »
Jean-Michel d’Hoop : « La vitrine, c’est comme le cadre d’un castelet. »
stranger-things
Maxime Bultot et Mathilde Alet, interrogés par Elisa Brevet, au centre.
Une adaptation de «La voix humaine» de Jean Cocteau, fidèle à l’esprit de la pièce d’origine mais avec la touche Almodóvar.
«Dans le groupe, on sera trois filles. Ce n’est pas pour exclure les hommes mais juste pour mettre les femmes en avant.»
wendy-benh-zeitlin-2
Nathalie, Nicolas et Tineke.
Le Fonds d’aide à la création radiophonique ne suffit plus à aider... la création radiophonique. Une situation ubuesque.
2350834
0965179
«L’Inde a beaucoup à offrir au monde en termes de narrations différentes.»
Le parcours est parsemé d’extraits du livre «Eloge de l’artisan», de Luc Templier et Luc Viatour (Weyrich éd.).
Lot 10: Ossip Zadkine, «La chambre à coucher», 1923, gouache sur papier, 62,5 x 42 cm.
Le choix de la rédaction
  1. d-20210319-GLU75G 2021-03-19 22_12_01

    Caroline Désir au «Soir»: «L’année scolaire actuelle n’est pas adaptée aux besoins de l’enfant»

  2. Les experts proposent de renforcer l’indépendance et l’autorité du directeur général de l’OMS, actuellement Tedros Adhanom Ghebreyesus.

    Coronavirus: un groupe d’experts indépendant recommande une réforme profonde de l’OMS

  3. FILES-CANADA-HEALTH-VIRUS-VACCINES

    AstraZeneca: le délai pour la seconde dose du vaccin ramené à 8 semaines

La chronique
  • La «Lettre de la City»: à Jersey, tempête sur un paradis fiscal

    Par Marc Roche

    Saint-Hélier, somme toute la très banale « capitale » de l’île anglo-normande de Jersey, respire la tranquillité et le bonheur. King Street aligne les mêmes enseignes commerciales que les artères marchandes des petites villes anglaises. Des dames aux cheveux blancs font les mots croisés du Jersey Evening Post dans l’un des nombreux salons de thé d’une bourgade où il ne se passe jamais rien.

    Et soudain, deux canonnières de la Royal Navy, des matelots en armes, une flottille de pêcheurs normands en colère, oriflammes, clameurs et fumigènes et, pour couronner le tout, un patrouilleur de la marine française. C’était le 6 mai à l’entrée du principal port de cette île de 186 km2 et de 90.000 habitants posée à quelques encablures de Cherbourg. Sursaut de la conscience nationale, ferveur patriotique, fantasmes de grandeur retrouvée, volonté de démontrer de quel métal les peuples britannique et français sont faits… la confrontation de vingt-quatre heures a été un peu de tout cela.

    Pourtant, le bras de fer franco-britannique n’avait rien,...

    Lire la suite

  • Libérés!, mais avec une ceinture de sécurité à boucler nous-mêmes

    On a trop attendu ce moment pour ne pas le saluer. Un calendrier précis avec, associées à chaque date clé, des réouvertures de restaurants, de cinémas, de théâtres, de concerts, des retrouvailles familiales, amicales, des voyages… Soit la nouvelle version du paradis imposée par le covid.

    « On doit être optimiste », nous dit Marc van Ranst. « Je suis relativement optimiste, pas de risque de douche froide dans les prochains mois ou semaines », nous dit en écho Marius Gilbert...

    Lire la suite