Les parcs d’aventures et d’accrobranche autorisés à ouvrir

Les parcs d’aventures et d’accrobranche sont désormais autorisés à accueillir des personnes dans leurs espaces extérieurs.
 
image-1-1068x684
d-20200324-GFLYLG 2020-03-24 09_05_10
d-20200409-GFU3Q5 2020-04-09 12_05_25
Selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.
La centrale nucléaire de Bugey, la plus vieille de France encore en activité. - afp
FILES-US-IT-LIFESTYLE-FACEBOOK-INSTAGRAM
La tour de contrôle de Liege Airport s’est enrichie d’un nouvel écran pour les postes de travail.
d-20210318-GLTGYQ 2021-03-24 19_01_33
HEALTH-CORONAVIRUS_CANADA
Si l’aviation civile a particulièrement été touchée, l’activité militaire, par exemple, a continué.
«Le télétravail est obligatoire», a rappelé Alexander De Croo (Open Vld) devant quelques journalistes à l’occasion d’une visite au vaste centre de distribution du groupe Delhaize installé à Asse (Brabant flamand), l’une des entreprises qui effectue les premiers tests antigéniques sur ses lieux de travail.
A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.
10919680-115
Image=d-20210226-GLGJYD_high
Le mandat d’administrateur de François Cornelis courait jusqu’en 2023.
PHOTONEWS_10712107-002
Le choix de la rédaction
  1. Le cabinet de l’eurodéputée Ecolo Saskia Bricmont a reçu des dizaines de milliers de mails enjoignant à l’élue de rejeter la proposition de certificat vert européen.

    Coronavirus: tirs croisés sur le certificat vert européen pour voyager

  2. Horeca

    Réouverture de l’horeca en terrasses: voici les premières pistes

  3. FILES-US-PHARMACEUTICAL-OPIOID

    L’Agence européenne des médicaments recommande le vaccin Johnson & Johnson malgré un lien possible avec des caillots sanguins «très rares»

La chronique
  • Et sinon, à part ça?

    C’est le voisin, la collègue, la famille, le dentiste, les copains, c’est tous ceux qu’on croise, tous ceux qu’on appelle. On démarre tranquillement sur le soleil, le boulot, les enfants, comme on l’a toujours fait, et voilà qu’irrévocablement, irrémédiablement, il se pointe : le coronavirus. Comme un gros malpoli qu’il est, sans prévenir, sans qu’on l’ait invité.

    Tous les dialogues se ressemblent désormais : « Oui, je fais des pompes et des abdos, histoire de garder la forme (appareillage tout en douceur, la mer est calme). Quoi ? Non, c’est pas les muscles, je me frotte le bras parce que j’ai un peu mal, je me suis fait vacciner hier (paf, l’iceberg !). C’est fou, avec Patrick, on s’est inscrits le même jour et lui, on l’a envoyé à Ronquières et moi, à Tubize. Lui Astra et moi Pfizer ! Quel bordel, tu y comprends quelque chose, toi (glou glou glou) ? »

    Avec ses variants : (anglais) « Sorry, sweetie, I didn’t call you back : I got it ! » (et autres) « ...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite