Odoo, la petite entreprise wallonne devenue licorne

«180 millions d’euros, c’est beaucoup d’argent. C’est super pour notre ego mais cela n’aura pas d’impact sur la société ou sur la communauté», explique Fabien Pinckaers, fondateur de la société.
 
d-20191218-3XVMNH 2019-12-17 03_03_09
Philippe Lemmens (à gauche) et Nico Weymaere, respectivement administrateur et CEO de la nouvelle société télécom wallonne Unifiber.
L’heure est aux réparations et au grand nettoyage car l’eau, qui a atteint un mètre vingt de hauteur, a inondé toutes les attractions du parc.
FILES-HEALTH-VIRUS-US-PFIZER
FILES-CHINA-US-AUTOMOBILE-EARNINGS-ENVIRONMENT-TESLA
Deux jours de télétravail et des bureaux bien équipés se traduisent par une réduction de 42 postes de travail physiques pour 100 employés.
10935132-024
Les «télétravailleurs heureux» cumulent certaines caractéristiques: un contrat à durée indéterminée, une carrière établie, une maison spacieuse... voire une vaste terrasse.
L’heure est aux réparations et au grand nettoyage car l’eau, qui a atteint un mètre vingt de hauteur, a inondé toutes les attractions du parc.
Il y aura plus de services et plus de numérique dans les guichets bpost.
d-20200809-GHCDTE 2020-08-09 20_35_57
Les entreprises ont subi de plein fouet les dégâts des inondations - ici, l’entreprise Corman à Dolhain.
d-20200211-3YU9ZV 2020-02-11 12_16_55
d-20210716-GNTJUP 2021-07-16 18_07_40
d-20210222-GLED5N 2021-02-22 18_20_39
Verviers a été ravagé par les inondations.
Le choix de la rédaction
  1. Le président Kaïs Saïed, sous bonne protection, salue ses partisans, le 26 juillet dernier dans l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis.

    Tunisie: Kaïs Saïed se lance dans la chasse aux corrompus

  2. 10935536-167

    JO 2020: Nina Derwael 6e du concours général de gymnastique, Sunisa Lee championne olympique

  3. A certains endroits, ce ne sont pas les zones rouges répertoriées qui ont été les plus impactées.

    La carte des zones inondables au centre des débats

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite