Les expos gratuites du moment

Capture
 
A Dudelange, le CNA invite également à découvrir l’univers de Mary Frey. Professeur à la Hartford Art School de 1979 à 2015, Mary Frey avait mis de côté son travail personnel durant toute sa carrière. Il y a trois ans, elle a décidé de le dévoiler, suscitant l’intérêt immédiat de plusieurs institutions. Au CNA, on découvre deux de ses séries
: «
Domestic Rituals
» (rituels domestiques) réalisée en noir et blanc et «
Real Life Dramas
» (Drame de la vie quotidienne) entièrement en couleurs. Tout un univers où la photographe observe et fixe sur la pellicule sa propre famille, ses amis, ses proches dans des images qui ont la saveur du réel mais que son regard, clairement visible pour tous les protagonistes, contribue à mettre en scène.
Technique de tissage de l’«
ottoman contredit
».
La Vénus de Laussel.
Avant mars 1941, cette toile de Pieter Codde appartenait à une galerie bruxelloise. Elle est brièvement réapparue en 1999 dans une vente de Sotheby’s, et est à nouveau introuvable.
«
La chanson de Chérubin
» (1878-1881).
De 1926 et jusqu’en 1933, Emile Chavepeyer s’intéresse aux gestes des travailleurs, singulièrement à leurs mains, à leurs outils, à la réalité industrielle et urbaine.
Dans le couloir du palais, Aurélie Amiot a disposé sur une bande de plâtre 16 feuilles estampées laissant apparaître l’empreinte d’une série de messages sms.
Non, ce n’est pas «
que
» de l’art alimentaire...
Détour indispensable par l’église de Grand-Marchin. Au rez-de-chaussée, les fleurs de lys en décomposition imprimées sur vitrail par Cendrine Genin (ci-dessus) où se reflète l’image des autres vitraux. A l’étage, dans le jubé, les petits tableaux, peints ou photographiques, de Mégane Likin. Deux univers d’une infinie délicatesse, en adéquation parfaite avec les lieux.
Extrait du film «
MX sculpture/MX
».
La représentation de verre large de 23 cm, épaisse de 13 du Bougainvillia Muscus (une variété d’hydrozoaire identifiée en 1863) est visible à l’aquarium-museum de Liège.
Un demi-masque mortuaire incrusté de coquillages et turquoises.
Films, objets, oeuvres d’art
: les pièces de l’exposition se déploient dans tout l’espace du Palais des Beaux-Arts par le biais, notamment, d’un subtil jeu de miroirs.
Recto d’une reliure d’évangéliaire réalisée au XIII
e
 par Hugo d’Oignies.
Le samouraï buvait tranquillement son saké lorsqu’il entendit des commentaires déloyaux. Sa colère fut telle que, d’un coup de sabre...
L’une des photos des halles Saint-Géry conservées par l’AAM et numérisées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite