Coronavirus en RDC: confinement limité à Kinshasa et vaccination postposée

Le docteur Jean-Jaques Muyembe, responsable de la riposte au coronavirus au Congo. © AFP.
 
Les habitants d’Alexandra ne respectent pas le confinement.
Ils sont des centaines, peut-être plus, à ne pas avoir réussi à se glisser dans un des vols qui avaient été organisés ces derniers jours.
Kinshasa est une mégapole d’environ 8 millions d’habitants, dont la plupart vivent au jour le jour, dans l’incapacité de respecter les mesures de discipline déjà édictées...
HEALTH-CORONAVIRUS_CONGO
d-20200319-GFK6NW 2020-03-19 09:17:13
HEALTH-CORONAVIRUS_CONGO
d-20110727-W70RRP
mabele
Le coronavirus se propage désormais un peu partout sur le continent - ici, une opération de décontamination d’un appartement occupé par le premier malade du coronavirus à Nairobi, au Kenya.
Mesures de protection dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola à Beni, dans l’Est de la RDC
: c’est dans les zones où la violence est la plus forte que l’épidémie est le plus meurtrière.
Désinfection des rampes dans un dépôt de bus du Cap. © Reuters/Mike Hutchings
MOROCCO-HEALTH-AVIATION
belgaimage-70516958-full
Des milliers de photos pour honorer la mémoire de victimes du génocide au mémorial de Gisozi, à Kigali.
d-20170217-GE0VNZ 2019-03-05 16:05:35
La fièvre de Lassa inquiète plus les autorités sanitaires du Nigeria que le coronavirus. Les mesures de confinement sont semblables à celles mises en œuvre pour Ebola.
Le choix de la rédaction
  1. Avec ou sans la N-VA (ici De Roover et Loones, derrière Wilmès)
? La question se posera à nouveau en juin ou en septembre, estiment les politologues.

    Négocier un nouveau gouvernement en juin? La question se pose

  2. BELGAIMAGE-163144525

    Repenser la ville, en mieux

  3. Manzanita V., Santiago du Chili, 19h50

    «View from my window», reflet mondial des confinés

La chronique
  • Repenser la ville, en mieux

    C’est une autre ville.

    Une zone dans laquelle les murs trop étroits et trop pourris n’ont jamais semblé aussi inhabitables. Du béton qui ramène toujours plus à la prison. Une exiguïté qui frise désormais l’insupportabilité. Un bâti sans pitié pour le vide qui aère, le vert qui détend, le calme qui apaise.

    Un territoire où le piéton prend désormais toute la place, on lui a même donné la priorité des feux, pour qu’il ne doive pas patienter trop longtemps (quarante secondes gagnées pour traverser la rue Belliard) ni solliciter un passage en pressant sur un bouton devenu suspect. On lui a même libéré des rues, sans motif scolaire, et réservé un Bois, dont il ne doit partager les anneaux qu’avec les cyclistes, les skateurs.

    Un environnement où l’urbain a perdu l’un de ses deux sens. La courtoisie se mesure à la distance que l’on met avec son voisin de file ou de trottoir. La civilité commande de ne pas parler au livreur ganté et masqué et de crier par-dessus les balcons plutôt que de se retrouver au pied du mur....

    Lire la suite

  • Déconfiner, une partie d’équilibrisme qui ne souffrira pas l’échec

    Nous devons plancher dès à présent sur un scénario de sortie de crise », déclarait jeudi à la Chambre Sophie Wilmès, annonçant qu’un groupe d’experts va s’atteler à préparer « un déconfinement progressif ». Ce comité qui intégrera des personnes issues du monde économique et social sera cependant « présidé par une personne issue du monde scientifique. Car ce sera toujours la santé, d’abord… »

    La précision est capitale.

    Déconfiner, mais...

    Lire la suite