Le Premier ministre français après l’attaque au couteau de Nice: «La réponse sera implacable»

FRANCE-POLICE-INVESTIGATION-ATTACK
Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: les recours contre l’Etat se multiplient

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • «Enjeux»: Biden et le mirage d’un retour à la normale

    Restauration : le mot apparaît comme un leitmotiv dans les déclarations de Joe Biden et de ses conseillers de campagne. S’il entre à la Maison-Blanche, le candidat démocrate « restaurera l’adhésion des Etats-Unis à l’accord de Paris sur le climat », il « restaurera les relations avec l’Organisation mondiale de la santé », il « restaurera la confiance au sein de l’Otan ».

    Joe Biden rêve aussi de renouer avec ce « temps béni » où Républicains et Démocrates pouvaient se rassembler autour de politiques bi-partisanes censées exprimer l’unité du pays et l’intérêt général. Il est vrai que Donald Trump est allé très loin dans la subversion du système. Partisan de l’idée qu’« au vainqueur va le butin », adepte, comme Viktor Orban, de la démocratie « majoritarienne », qui récuse la légitimité de l’opposition et des contre-pouvoirs, il a exacerbé les divisions, exclu les arbitrages, politisé à outrance les institutions. Son mandat a ouvert un boulevard à des forces politiques extrémistes, en particulier les suprémacistes blancs, qui...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite

 
 
Vidéos
 
 
Partenaires