Paschal Donohoe: «Nous avions anticipé le risque d’une seconde vague»

«
Le covid-19 a changé le contexte de la négociation en cours sur la manière de renforcer l’union bancaire
», constate Paschal Donohoe.
Union Européenne
Entretien
 
Boyer_Robert_NOUVEAU
«
Ceci n’est pas un burger
» clame l’industrie de la viande.
Photo prétexte
Le lobbying de l’agro-alimentaire pourrait mettre à mal les engagements en matière d’agriculture biologique notamment.
«
Ces passeports dorés permettent d’avoir accès à l’ensemble de l’Union, pas seulement la libre circulation, mais l’investissement et le développement des affaires, le droit de voter ou d’être candidat
», explique Didier Reynders.
Un document physique aurait pu permettre de prouver le statut de résident légal et de simplifier les démarches des Européens vis-à-vis d’un futur employeur ou d’un bailleur.
Londres
BELGIUM-EU-POLITICS-SUMMIT
Boris Johnson a prévenu les Britanniques qu’il n’obtiendrait pas ce qu’il souhaitait
: un accord similaire à celui qui régule les relations entre le Canada et l’Union européenne.
Différentes études prouvent qu’une limite à 130
km/h réduirait de 25
% les risques d’accidents graves en Allemagne.
Une volontaire se fait injecter un vaccin encore en phase de test clinique.
Alexei Navalny (photographié ici avec sa famille) a été hospitalisé plusieurs semaines dans un hôpital à Berlin.
(FILE) EU RUSSIA NAVALNY SANCTIONS
Boris Johnson et Michel Barnier s’étaient rencontrés le 17 octobre 2019 à Bruxelles, lors de l’accord sur le Brexit.
HEALTH-CORONAVIRUS_EU-TRAVEL
Michel Barnier, le négociateur en chef des Vingt-Sept.
Le choix de la rédaction
  1. UNITE COVID

    Coronavirus: toujours pas de signe d’accalmie à l’horizon

  2. d-20201023-GJKAT0 2020-10-29 17:58:38

    Comité de concertation: bulle sociale, déplacements, écoles, ce qui est sur la table des politiques

  3. Elio Di Rupo mettra la pression sur le comité de concertation.

    La Wallonie pousse au confinement quasiment comme un seul homme

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 94»: le cache-nez

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est une amie qui a dit « cache-nez » à la place de « masque ». « Ben quoi, c’est un cache-nez, non ? Je trouve ça plus joli. Un petit mot désuet qui fait oublier ce que c’est, à quoi ça sert, tout ça. »

    D’habitude, c’est interdit. On nous a toujours répété qu’il faut appeler un chat, un chat. Que c’est puéril, que c’est ridicule de dire « J’aime bien les gros lolos (ou les gros zizis) » juste pour ne pas sombrer dans le vulgaire. Qu’il ne faut pas avoir peur des mots.

    Peut-être, oui, mais « d’habitude », ça ne veut plus rien dire du tout. D’habitude est parti en voyage il y a sept mois, comme ça, du jour au lendemain, il n’est pas encore rentré et on ne sait pas du tout où il se trouve, ni si on le reverra – ou si on la reverra, d’habitude est peut-être féminine. Bref, on a appris à vivre sans. A l’oublier. Et à s’adapter.

    ...

    Lire la suite

  • Avec Macron, la France à l’épreuve de la tragédie

    C’était, en 2017, le candidat d’une espérance. Dans une vague populiste qui balayait alors le monde, Emmanuel Macron allait incarner une nouvelle forme de « dégagisme positif ». Il vantait un nouveau monde où l’émancipation individuelle et les libertés se conjugueraient au progrès. Un vent léger soufflait sur la France.

    Trois ans plus tard, comme pour ses prédécesseurs, les drames ont fracassé son mandat. Nicolas Sarkozy avait dû affronter une crise économique mondiale. François Hollande,...

    Lire la suite