Les Racines élémentaires de Leïla Slimani: «Je suis devenue féministe parce que j’ai vu des femmes refuser de se laisser traiter comme des paillassons»

«Le féminisme? J’aime la formule de Rebecca West: c’est refuser de se laisser traiter comme un paillasson.»
 
«Je m’interroge sans cesse sur comment naissent les complexes. Le gouffre est immense, entre un enfant qui grandit entre des bras aimants et un autre qui grandira entre humiliations et baffes.»
Faire un jour du seul en scène? «Je me suis toujours empêché de le faire. Mais je peux vous le dire: c’est quelque chose que je ferai.»
Gorik, dans la rue, près du studio où il nous a reçus.
C’est depuis sa retraite, près de Barcelone, que Raoul Vaneigem a entamé une correspondance consciencieuse et chaleureuse avec nous. Epicurien autoproclamé, l’intellectuel fourbit sa pensée sous le soleil catalan.
«
Aujourd’hui je rejoue les morceaux de Chopin que je massacre pour m’amuser et me détendre. C’est une évasion qui me donne de l’énergie après une rude journée chez Proximus.
»
«
Armand Gatti disait pour mon frère et moi
: l’image et les mots. Il nous a institués en duo
» avoue Jean-Pierre Dardenne sous le regard approbateur de Luc.
Quand j’étais petite, ma mère m’a demandé ce que je voulais faire plus tard. J’ai répondu «
c’est quoi le plus difficile
?
» Ma mère m’a répondu
: «
C’est philosophe.
» J’ai dit
: «
Je veux être philosophe.
»
«
Mon arrière-grand-père, il était venu, à mon avis, en autocar de Pologne pour aller dans le fin fond de la mine, là où les Belges ne voulaient pas aller. Et 70 ans après, c’est son arrière-petit-fils qui vient en vedette à Varsovie. Cela m’émeut énormément.
»
d-20200304-GFA45C 2020-03-04 10:10:07
«
Mes parents ont toujours placé en moi une très grande confiance. Cela a été très important pour moi, dans la manière dont je me suis construit.
»
L101086526082020-MW__2020
«
La Barkentijn, c’est ma deuxième maison. J’ai encore dormi ici tout l’été. Je faisais la navette entre Nieuport et Bruxelles. Ce n’était pas très pratique.
»
«
Bien sûr que j’aurai un pincement de cœur quand je quitterai le 16 (rue de la Loi). Mais ce sera un pincement au cœur le temps que la page se tourne. Je ne regarde pas derrière, pas trop. Et puis, je n’ai que 45 ans...
»
«
Rester soi-même, ce n’est pas toujours facile. C’est à cela que je crois. C’est ce que je répète dans mes films.
»
«
Très vite, j’ai été une petite fille qui vivait indirectement la douleur de mes parents. J’étais quelqu’un d’hyper-sensible.
»
Brigitte Fontaine par Mathias Walter
Le choix de la rédaction
  1. MASKS POSSIBLY UNSAFE FOR HEALTH

    Clap de fin pour les masques Avrox suite à de nouvelles cachotteries

  2. Au centre de vaccination de Colfontaine.

    Les couacs ne devraient pas retarder la vaccination des groupes prioritaires

  3. d-20210205-GL573W 2021-02-05 22_16_35

    Comité de concertation: accord en vue sur un élargissement de la bulle extérieure, bras de fer sur la bulle intérieure

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: ce {toiturier} qui tutoie les sommets

    Le salon Batibouw revient, en toute virtualité, et avec lui des pelletées de mots et d’expressions spécifiques à ces Belges qui ont une brique dans le ventre, choisissent volontiers le clé sur porte et font la fête lorsque leur maison est sous toit.

    À ce propos, comment appelez-vous l’homme – ou la femme – de l’art, qui fait ou qui répare la toiture d’une maison ? Un récent sondage effectué sur Twitter et Facebook a permis de tester, pour la Wallonie et Bruxelles, les appellations en usage. Avec quelques surprises à la clé…

    Tirons la couverture

    Évoquons d’abord les dénominations empruntées aux langues régionales, de diffusion très restreinte aujourd’hui. Selon les endroits, vous pouvez faire appel au chayteû (variantes : chèyteû, scayteû, hayteû), littéralement écailleur, c’est-à-dire celui qui place des chayes (ou...

    Lire la suite

  • Les grands masques (de l’Etat) inutiles…

    On peut difficilement envisager pire tuile pour la fiabilité et la force de conviction de la parole publique. Après des mois d’un message poussant et exhortant les gens à porter un masque buccal pour protéger les autres, ne voilà-t-il pas que le ministre de la Santé est obligé de pousser et d’exhorter à ne surtout pas porter le masque que l’Etat a distribué au motif qu’il pourrait nuire à leur santé.

    C’est sur toute une...

    Lire la suite