Les Racines élémentaires de Nicolas Bedos: «Mes aînés m’ont appris à ne pas avoir peur du qu’en dira-t-on»

Faire un jour du seul en scène? «Je me suis toujours empêché de le faire. Mais je peux vous le dire: c’est quelque chose que je ferai.»
 
d-20200304-GFA45C 2020-03-04 10:10:07
«
Mes parents ont toujours placé en moi une très grande confiance. Cela a été très important pour moi, dans la manière dont je me suis construit.
»
L101086526082020-MW__2020
«
La Barkentijn, c’est ma deuxième maison. J’ai encore dormi ici tout l’été. Je faisais la navette entre Nieuport et Bruxelles. Ce n’était pas très pratique.
»
«
Bien sûr que j’aurai un pincement de cœur quand je quitterai le 16 (rue de la Loi). Mais ce sera un pincement au cœur le temps que la page se tourne. Je ne regarde pas derrière, pas trop. Et puis, je n’ai que 45 ans...
»
«
Rester soi-même, ce n’est pas toujours facile. C’est à cela que je crois. C’est ce que je répète dans mes films.
»
«
Très vite, j’ai été une petite fille qui vivait indirectement la douleur de mes parents. J’étais quelqu’un d’hyper-sensible.
»
Brigitte Fontaine par Mathias Walter
«
Je n’apparais jamais à personne comme une occidentalisée, même en jeans et T-shirt. Je reste une Africaine. Je reflète l’Afrique tout le temps. Et ce n’est pas seulement le foulard. C’est ma manière d’être et ces fameuses racines qui m’ont construite et ont fait qui je suis.
»
«
Tous les matins, parce qu’il y a un drapeau belge sur le chemin de la crèche, on chante la Brabançonne avec mon fils
! Je trouve dommage qu’on ne l’apprenne plus à l’école. Je regrette qu’il n’y ait pas chez nous un sens du patriotisme.»
IMG_2620
belgaimage-146306470-full
Diane von Furstenberg devant les deux portraits que son ami Warhol a fait d’elle et une photo signée d’un autre de ses amis très proche, François-Marie Banier (connu pour sa proximité avec SHAPE \* MERGEFORMAT ? Bettencourt de l’Oréal)
DELPHINE HORVILLEUR
«
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».
Esmeralda de Belgique.
Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Coronavirus: les antivaccins occupent les réseaux sociaux plus que jamais

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Coronavirus: Paris, moins rouge que la verte province

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite