Les racines élémentaires d’Alain Souchon: «Je ne savais pas ce que j’allais faire de ma vie»

«
Ça a désorienté les gens qui pensaient que j’étais sur une voie toute faite, celle d’un garçon très doux, un peu féminin. Mais c’était nécessaire pour moi de chanter  Le dégoût .
»
Musiques
Entretien
 
Des milliers de livres, sa caricature en une du «
New Yorker
», la statue de la vierge avec le rainbow gay
: le bureau d’Adam Michnik, est un sanctuaire dans les bâtiments de Gazeta Wyborsza. A gauche de la porte d’entrée, la photo de Léopold Unger (Pol Mathil).
«
C’est durant le conflit en Rhodésie que j’ai pris de front, et en même temps, la splendeur et la violence du monde.
»
Ayant grandi entre la France et la Syrie, Riad Sattouf a voulu montrer, à travers 
ses ouvrages, ce que «c’était que d’être pris entre deux feux». © Dominique Duchesnes.
«
Je me souviens très bien. J’avais 18 ans et je participais au bureau de comptage des voix après les élections et un homme m’a dit
:  Qu’est-ce qu’un zwartlap vient faire ici ?  Je suis rentré chez moi en pleurant, sous le choc.
»
Les racines élémentaires
«
Je ne bois jamais d’alcool. Cela a commencé comme une promesse à mon père et un défi, et c’est deveu une habitude. Je pense parfois que si je bois un soir, je ne serai plus au même niveau le lendemain. Je le pense vraiment. C’est un prix que je ne suis pas prêt à payer.»
Près de 50 ans séparent ces deux photos
: Ivan De Vadder a repris la pose de l’enfant qu’il était devant la maison familiale, prêtée à ses parents par la congrégation qui gérait la Clinique Sainte Elizabeth à Uccle. Il n’y était jamais retourné depuis la mort de son père dans les années 80.
Romeo Castellucci est  à Bruxelles depuis quelques jours. Il est très attendu pour  sa « Flûte enchantée » à la Monnaie.
« L’ULB, c’était logique car mes parents étaient laïcs, mais ils nous ont laissé libres de nos choix philosophiques. »
Caroline Pauwels est passionnée par la musique de Bach, l’art contemporain et la beauté de la lumière comme celle qui l’a fait craquer pour un appartement atelier d’artiste à Ostende.
Gérard Mestrallet devant l’entrée  de l’ex-Générale de Belgique,  au 30 (désormais 20), rue Royale. « C’était quand même extraordinaire, le Roi était là-bas sur la droite, le Parlement, à gauche, proche du gouvernement et Albert Frère, juste un peu plus loin. »
«
J’ai grandi au 161 rue Saint-Jean à Clabecq. Ma part d’insouciance, c’était ici, avant les violentes émeutes de 1996 qui ont marqué un quartier rebaptisé depuis lors «
Texas
»
»
400 personnes ont goûté aux «
boulettes
» de Jean-Jacques Cloquet et de sa maman Josée. Par groupe de 18,
deux fois par mois, et tout le monde dehors à 17h.
«
Le 1er mai 1950, j’ai quitté Bruxelles pour Paris. J’ai rencontré Bruno. Et j’y suis restée.
»
d-20180617-3MT0WR 2018-06-29 22:30:58
Paul Magnette a grandi dans une famille engagée. Ses parents «
devenus de gauche dans le tourbillon de Mai 68
» l’entraînent à des manifestations, le baladent l’été dans les pays de l’Est et lui font vivre une enfance «
très ouverte
». ©pierre-yves thienpont, DR
Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite