Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.
Politique
Analyse
 
La photo de la réconciliation, au Belvédère, aux termes d’une rencontre d’une heure et demie.
La Vivaldi ne travaille pas «
qu’à la lutte contre le coronavirus.
B9725008774Z.1_20201021185903_000+G07GTSQSK.2-0
BELGIUM ROYALTY
B9725008774Z.1_20201021185903_000+G07GTSQSK.2-0
La position tenue par le ministre-président flamand est loin de faire l’unanimité au nord du pays.
Sophie Wilmès
Joachim Coens
Le covid-19 a largement creusé le trou budgétaire dont hérite le nouveau gouvernement.
«
Il n’y a jamais eu de proposition de prise en main par le fédéral sur quoi que ce soit. C’est une fiction totale.
»
«
Ce qui nous semble évident aujourd’hui ne l’était pas il y a quelques mois et on peut être tenté à l’idée de refaire l’histoire.
»
«
On ne peut pas passer un coup de téléphone à 600 maisons de repos.
»
d-20201007-GJ9F87 2020-10-13 12:46:28
BELGIUM GOVERNMENT PANDEMIC CORONAVIRUS
d-20201023-GJKFFJ 2020-10-25 13:25:55
Un même comité rassemblant Etat fédéral, Communautés et Régions, mais au final des mesures divergentes.
Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo, retrouve, à ce stade, un rôle de coordonnateur.

    Reconfinement: le fédéral reprend la main avant de frapper plus fort

  2. Selon des avocats qui défendent plusieurs patrons de l’horeca, «
les arrêtés ministériels qui ont imposé les fermetures totales ou partielles des établissements violent certaines libertés fondamentales, comme la liberté de travail et de commerce et la Constitution
».

    Coronavirus: la gestion juridique de la crise critiquée

  3. Emmanuel Macron a infligé la douche froide que les Français redoutaient.

    Coronavirus: la France replonge en confinement

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 93»: le voyage

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On avait rendez-vous avec Kris, un super pote, du côté de la rue de Namur, à Bruxelles. On s’était dit qu’on se trouverait un petit café à emporter et puis qu’on irait se promener. Tant qu’on peut. C’est la phrase de la semaine, ça, « tant qu’on peut ».

    On est allés chez Tich mais c’était fermé. Alors on est allés chez Jat, en face. On a pris un cappuccino et un chocolat chaud et, dans la rue derrière – la rue Brederode –, on s’est assis sur un banc devant le nº10 qui est vraiment une jolie maison, genre la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel. N’allez pas voir sur Google Maps, tout le quartier a été flouté, une vraie purée de pois. A cause du Palais royal, sans doute.

    Donc on est là, tranquilles, chacun à un bout du banc. Kris est triste parce qu’on lui a volé son beau vélo. Et triste aussi parce que son métier, c’est voyager. Parcourir le monde de bout en bout, rentrer...

    Lire la suite

  • La détresse sanitaire générale force à l’union et au confinement

    Rien n’aurait pu empêcher l’épidémie qui frappe tous les pays européens aujourd’hui, et rien ou pas grand-chose ne pourra empêcher qu’elle sévisse encore avec une grande intensité jusqu’au printemps prochain et le retour de la chaleur. Cela nous laissera alors quelques mois pour trouver un vaccin et être, on l’espère, parés quand il reprendra vigueur à l’automne. Parce qu’il reprendra vigueur. Ces propos sont de l’épidémiologiste français Martin Blachier, conseiller de l’OMS et de la Commission européenne. L’interview qu’il nous accorde...

    Lire la suite