Accueil Opinions Cartes blanches

Magnette et Glucksmann sur l’investiture de von der Leyen: «Nous appelons les socialistes et les sociaux-démocrates européens à voter non»

Alors que le groupe socio-démocrate n’a pas encore pris sa décision sur le vote de ce mardi à Strasbourg, Paul Magnette et Raphaël Glucksmann, dans une tribune commune, plaide le « non » à l’investiture d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Circulez, il n’y a rien à voir. Rien à entendre. Rien à changer. D’élections en élections, les dirigeants européens semblent insensibles aux inquiétudes, aux colères comme aux espérances des citoyens et la cogestion des grands partis de droite et de gauche se poursuit. De campagnes en campagnes, les leaders promettent aux électeurs de grands bouleversements et d’immenses ambitions pour l’Europe. Et de lendemain de scrutins en lendemains de scrutins, ils participent à la même tambouille accouchant de programmes a minima, tellement en deçà des périls et des enjeux de l’époque. Avec toujours ce même argument : l’appel à la « responsabilité » qui justifie tous les statu quo et tous les reniements.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, mardi 16 juillet 2019, 19:27

    Espérons que les citoyens comprennent ce qui se cache derrière ces apparentes bonnes intensions: un projet de rage taxatoire et de renforcement de bureaucratie, nostagique des pouvoirs socialistes forts, bref ce qui ne peut qu'aller à l'encontre de ce qui a été jusqu'à présent le succès de l'UE: favoriser la croissance économique par la liberté de circulation des biens et des personnes dans un environnement démocratique. Magnette et Glucksmann sont nostalgiques d'un passé depuis longtemps révolu. Le combat anti-CETA de Magnette était un. exemple typique d'obscurantisme de gauche populiste comme on en rencontre encore dans les salons des grandes villes (plus grandes que Charleroi)..

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 16 juillet 2019, 15:24

    J'ai capté une rumeur (mais elle peut être fausse comme toute rumeur), selon laquelle M. Orban s'accommoderait fort bien de la désignation de Mme Von der Leyen. Si c'est avéré, cela m'inquiéterait...

  • Posté par Deckers Björn, mardi 16 juillet 2019, 13:30

    Une excellente tribune dont on voudrait voir ENFIN la renaissance de la social-démocratie européenne. Paul Magnette avait une première fois secoué le cocotier sur le CETA. Il était alors bien seul. Ici, cela semble bouger, le PS français, mais aussi semble-t-il les PVDA des Pays-Bas et le SPD allemand envisagent eux aussi une salutaire relève. L'échec de l'élection d'Ursula Von der Leyen peut être une bonne chose. Je partage l'avis de la tribune, c'est moins sa personne que ce qu'elle incarne qui est en cause. Le groupe S&D doit il une fois encore se laisser aller à des compromis et des compromissions qui annihilent le débat politique européen. La réponse est négative. Au final, il faudra certainement une large coalition mais le groupe S&D doit cesser d'être la béquille du PPE. Il en va, on l'a vu de l'avenir dangereusement compromis des forces démocratiques européennes et par delà de l'UE elle même.

  • Posté par Lucas Danièle, mardi 16 juillet 2019, 14:27

    Bien dit, Björn!

  • Posté par Lobet Michaël, mardi 16 juillet 2019, 9:45

    Dites Mr Magnette, vous ne trouvez pas que c'est un peu gonflé d'écrire: "Le 26 mai dernier, nos électeurs nous ont confié un mandat extrêmement clair : plus de justice sociale, plus d’écologie et plus de démocratie. Nous ne pouvons pas balayer ces attentes sous prétexte d’alliances tactiques ou de « compromis nécessaires ». En faisant cela, nous ne ferions qu’aggraver la défiance des citoyens en l’Union et accélérer la deliquescence de la gauche européenne." ou encore: "Nous prenons au sérieux nos promesses et la gravité de la crise à laquelle elles répondent." alors que vous avez obtenu ce siège européen et que vous l'avez refusé pour vos propres calculs internes? Ne parlez pas de promesses, de gravité ou encore de mandat extrêmement clair que vous avez reçu si vous ne prenez pas vos responsabilités alors que l'électeur vous a donné les cartes en main!

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs