KPN n’engagera pas Dominique Leroy comme CEO: «Il y avait trop d’incertitudes»

KPN n’engagera pas Dominique Leroy comme CEO: «Il y avait trop d’incertitudes»

KPN a justifié sa décision de ne pas engager Dominique Leroy en raison des enquêtes visant l’ex-CEO de Proximus et des incertitudes que cela entraînait sur le moment de son entrée en fonction, initialement prévue le 1er décembre.

KPN invoque « la durée des procédures » concernant Mme Leroy en Belgique qui n’est « pas claire et reste imprévisible ». Le conseil de surveillance du groupe estime que ces incertitudes autour du timing ne sont pas dans l’intérêt de KPN et de ses parties prenantes. Il a donc décidé de revenir sur sa décision de nommer Dominique Leroy.

« C’était une décision difficile à prendre pour le conseil de surveillance étant donné les états de services de dirigeante très accomplie de Mme Dominique Leroy. Néanmoins, les incertitudes autour du timing entraînent une situation que le conseil de surveillance estime ne pas être dans l’intérêt de KPN. Nous lui souhaitons le meilleur », commente le président de KPN, Duco Sickinghe.

La décision du conseil de KPN a pour conséquence l’annulation de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires de KPN, qui était prévue le lundi 28 octobre et devait se pencher sur la nomination de la dirigeante belge.

Délit d’initié

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête pour un éventuel délit d’initié et mené des perquisitions au domicile de Dominique Leroy ainsi que dans son bureau chez Proximus. Un mois avant son départ, l’ex-CEO de Proximus avait vendu 10.840 actions Proximus au prix de 26,32 euros l’action, pour un montant total de 285.342,40 euros. Dominique Leroy a précisé qu’elle n’avait pas encore décidé de quitter Proximus au moment de cette vente même si elle avait déjà discuté avec d’autres parties, y compris KPN.

Aux Pays-Bas, l’association d’actionnaires VEB (Nederlandse Vereniging van Effectenbezitters) avait demandé que la nomination de la dirigeante belge soir reportée tant que la clarté n’était pas faite sur l’enquête judiciaire la concernant.

L’annonce du départ de Dominique Leroy pour KPN avait provoqué l’ire des syndicats de Proximus qui avaient demandé sa démission immédiate alors que la direction négocie toujours les conditions du plan de transformation du groupe prévoyant le départ de 1.900 personnes et l’engagement de 1.250 autres sur une période de trois ans. Les syndicats estimaient que la rupture de confiance était totale. L’ex-CEO de Proximus a finalement quitté son poste le 20 septembre, remplacée ad interim par la directrice financière Sandrine Dufour.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Inventory Control2

    Radial, l’alternative de bpost à Amazon

  2. Yassine Cheikhi et Mohamed Botachbaqut, les deux djihadistes belges qui se sont évadés d’une prison kurde.

    Djihadistes belges rapatriés pendant la trêve: «Aucune décision allant dans ce sens»

  3. Le statut de «
PMR
» s’applique aux personnes en chaise roulante, aux malvoyants, aux femmes enceintes et aux personnes encombrées par un landau, un colis ou un bagage.

    Pour les personnes à mobilité réduite, prendre les transports en commun, une vraie galère

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite