KPN n’engagera pas Dominique Leroy comme CEO: «Il y avait trop d’incertitudes»

KPN n’engagera pas Dominique Leroy comme CEO: «Il y avait trop d’incertitudes»

KPN a justifié sa décision de ne pas engager Dominique Leroy en raison des enquêtes visant l’ex-CEO de Proximus et des incertitudes que cela entraînait sur le moment de son entrée en fonction, initialement prévue le 1er décembre.

KPN invoque « la durée des procédures » concernant Mme Leroy en Belgique qui n’est « pas claire et reste imprévisible ». Le conseil de surveillance du groupe estime que ces incertitudes autour du timing ne sont pas dans l’intérêt de KPN et de ses parties prenantes. Il a donc décidé de revenir sur sa décision de nommer Dominique Leroy.

« C’était une décision difficile à prendre pour le conseil de surveillance étant donné les états de services de dirigeante très accomplie de Mme Dominique Leroy. Néanmoins, les incertitudes autour du timing entraînent une situation que le conseil de surveillance estime ne pas être dans l’intérêt de KPN. Nous lui souhaitons le meilleur », commente le président de KPN, Duco Sickinghe.

La décision du conseil de KPN a pour conséquence l’annulation de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires de KPN, qui était prévue le lundi 28 octobre et devait se pencher sur la nomination de la dirigeante belge.

Délit d’initié

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête pour un éventuel délit d’initié et mené des perquisitions au domicile de Dominique Leroy ainsi que dans son bureau chez Proximus. Un mois avant son départ, l’ex-CEO de Proximus avait vendu 10.840 actions Proximus au prix de 26,32 euros l’action, pour un montant total de 285.342,40 euros. Dominique Leroy a précisé qu’elle n’avait pas encore décidé de quitter Proximus au moment de cette vente même si elle avait déjà discuté avec d’autres parties, y compris KPN.

Aux Pays-Bas, l’association d’actionnaires VEB (Nederlandse Vereniging van Effectenbezitters) avait demandé que la nomination de la dirigeante belge soir reportée tant que la clarté n’était pas faite sur l’enquête judiciaire la concernant.

L’annonce du départ de Dominique Leroy pour KPN avait provoqué l’ire des syndicats de Proximus qui avaient demandé sa démission immédiate alors que la direction négocie toujours les conditions du plan de transformation du groupe prévoyant le départ de 1.900 personnes et l’engagement de 1.250 autres sur une période de trois ans. Les syndicats estimaient que la rupture de confiance était totale. L’ex-CEO de Proximus a finalement quitté son poste le 20 septembre, remplacée ad interim par la directrice financière Sandrine Dufour.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite