Accueil Belgique Politique

Pauvreté: Karine Lalieux (PS) veut mobiliser tout le gouvernement dans la lutte contre la précarité

La ministre fédérale de l’Intégration sociale veut enrayer les mécanismes qui conduisent à l’exclusion et à sa reproduction. Cela doit concerner l’ensemble du gouvernement, prévient-elle. Une revendication à gauche, un peu avant la confection du budget 2022.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Le soleil brille haut. Et l’embellie se retrouve aussi dans les chiffres : la Banque Nationale de Belgique prédit même une croissance du PIB de 5 % pour cette année. Mais loin de se réjouir, la ministre fédérale de l’Intégration, Karine Lalieux (PS), confie sa crainte : « Ces bonnes nouvelles ne cachent pas des situations totalement différentes, avec toutes les inégalités qui se sont renforcées pendant la crise. Je ne veux pas qu’on les oublie et qu’on revienne aux vieilles recettes libérales : l’austérité, le manque d’investissements ». Car les chiffres sont là, sous les yeux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Lambotte Serge, jeudi 3 juin 2021, 23:38

    combien elle gagne comme présidente du CPAS de Bruxelles? combien elle gagne à la Chambre des représentants?

  • Posté par wulstecke robert, jeudi 3 juin 2021, 21:20

    Pourquoi ai-je l'impression que c'est Bouchez qui poste tous les commentaires ?

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 3 juin 2021, 15:08

    « On ne va pas passer à l’austérité, prévient-elle. Pour les socialistes, ce n’est pas possible. On ne peut pas recommencer comme avant. Le social devra se trouver au cœur de ce budget ». >>>>> Bien sûr que si qu'on va repasser à l'austérité. Et augmenter les impôts. Toute l'Europe de l'Ouest vit au-dessus de ses moyens. Il n'y a pas d'autre issue. Toutes les mesures actuelles ont 10% de justification sanitaire et sont à 90% destinées à habituer les gens à une réduction forcée des consommations et du train de vie. La dette covid sera payée... et pas par des milliardaires en monnaie de singe comme essaient de le faire croire les vrais populistes.

  • Posté par Ranwez Robert, jeudi 3 juin 2021, 14:50

    Bah, laissons la causer, sa crédibilité est nulle malgré ses laborieux efforts de démonstration à grands renforts de chiffres, balivernes et fake reasonnings. Dans ce beau pays de cocagne unique dans le temps et dans l'espace, on ne changera pas les gens et cela n'ira pas plus loin. Comme il fallait s'y attendre, elle n'a pas le niveau, combat perdu d'avance.

  • Posté par Noelb Renzo, jeudi 3 juin 2021, 12:15

    Elle a déjà commencé : on pourra se débarrasser des bébés en gestation avancée. Et puis si la gauche pouvait supprimer la pauvreté, ça se saurait : regardez la Belgique, plus vous donnez d'argent, plus ils en demandent : c'est si facile...ils ne font plus aucun effort pour sortir la tête hors de l'eau. La faute à qui ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs