Zlatan Ibrahimovic: «Si je m’appelais Andersson ou Svensson, les Suédois me défendraient»

Zlatan Ibrahimovic: «Si je m’appelais Andersson ou Svensson, les Suédois me défendraient»

Aujourd’hui à Manchester United, Zlatan Ibrahimovic (37 ans) approche de la fin de sa carrière. Même si son caractère féroce construit dans la banlieue de Malmö le poussera à se donner jusqu’au bout, jusqu’au jour où son corps le stoppera totalement.

Arrogant pour certains, touché par la grâce de Dieu selon d’autres, le géant suédois d’origine bosnienne et croate a connu une enfance difficile dans son pays d’adoption. Le pays où il est né. Le sien donc, tout simplement. Une famille aux revenus modestes mais des parents dévoués à sa carrière de footballeur. Zlatan n’a pas toujours mangé à sa faim, comme il l’explique dans un reportage diffusé sur Canal+ lundi soir. « J’avais 15 ans, je devais payer pour jouer un tournoi avec Malmö. Mais je ne gagnais pas d’argent. Mon père m’a donné l’argent pour aller à ce tournoi au lieu de payer le loyer de l’appartement ».

L’ancien joueur du PSG a également évoqué son passage en France où il n’a laissé personne indifférent.

Celui qui a pris sa retraite internationale ne se sent plus soutenu en Suède où l’on ne le considère pas comme les autres, selon lui. De par son nom et sa gueule, évidemment. « Ils (NDLR : les médias) m’attaquent encore. Parce qu’ils n’acceptent pas que je sois Ibrahimovic. Si un autre joueur faisait les mêmes erreurs que moi, ils le défendraient. Quand c’est moi ils ne me défendent pas. Mais ça me va, c’est ce qui m’a rendu plus fort. Je te parle de racisme là. C’est une histoire de racisme. Je ne dis pas que c’est du racisme affirmé mais du racisme latent (…) Parce que je ne m’appelle pas Andersson ou Svensson. Si c’était le cas, crois-moi, ils me défendraient même si… même si je braquais une banque. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous