Accueil Société

Décès d’Henri Kichka: «Un virus microscopique a réussi là où toute l’armée nazie avait échoué», réagit son fils

Henri Kichka, survivant belge des camps d’extermination nazis de 94 ans, est décédé du coronavirus.

Temps de lecture: 2 min

Henri Kichka, survivant belge des camps d’extermination nazis, est décédé samedi à la maison de repos bruxelloise où il séjournait, vaincu par le coronavirus à l’âge de 94 ans, a communiqué son fils Michel samedi soir sur son blog et sur les réseaux sociaux.

« Un petit coronavirus microscopique a réussi là où toute l’armée nazie avait échoué. Mon père avait survécu à la Marche de la Mort. Mais aujourd’hui a pris fin sa Marche de la Vie. Il venait de célébrer ses 94 ans confiné à l’Heureux Séjour de Bruxelles, un formidable home où il était entouré, soigné, apprécié et aimé. J’ai eu la chance de lui parler une dernière fois au téléphone ce matin. Ma sœur Irène qui était à ses côtés m’a dit qu’il portait le tee-shirt que je lui avais dessiné pour ses 90 ans : mon père au pied de l’arbre généalogique de la famille Kichka. »

Henri Kichka était devenu une figure connue, un passeur de mémoire auprès du grand public et des jeunes. Michel Kichka, auteur et caricaturiste installé en Israël, a consacré un roman graphique (« Deuxième génération ») à son enfance et à sa relation à son père, survivant de la Shoah.

Né à Bruxelles en 1926 dans une famille d’immigrés juifs polonais, Henri Kichka avait fêté ses 94 ans il y a moins de deux semaines. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il a été déporté à l’âge de 16 ans seulement. Il a ensuite connu des années d’horreur, dans différents camps nazis dont le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz, puis a été entraîné dans la « marche de la mort » avant la libération et son retour en Belgique. Il était le seul survivant de sa famille à l’issue de la guerre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Rouvroy A., dimanche 26 avril 2020, 19:58

    C'était un déporté parmi tant d'autres (de toutes croyances), rien de moins ni de plus ; sauf qu'il en a fait son "fonds de commerce" pendant des années . . . Quoi d'autre ?

  • Posté par De Villers Léopold, lundi 27 avril 2020, 8:44

    Honte à vous d'exprimer de telles propos! Votre réflexion pue l'antisémitisme a plein nez et c'est quelqu'un qui n'a pas d'origine juive qui vous le dit. C'est vrai qu'il y a eut d'autres déportés (Rom, homosexuels, communistes, opposants de tout bord, résistants,etc.) je ne pense pas que auriez été de ceux-là, car vos propos vous place du côté des bourreaux. C'est grâce à ce Monsieur que des générations de jeunes ont été informés sur ce que ce peut réaliser ce type de régime dictatorial en espérant que cela n'arrive jamais plus (j'ai des doutes quand on voit certains commentaires

  • Posté par Buys Alain, dimanche 26 avril 2020, 20:16

    Quoi d'autre ? S'il s'est investi dans la mémoire, vous pensez qu'il en a profité financièrement et que cela vaut permet d'utiliser l'expression "fonds de commerce", même entre guillemets ? Quoi d'autre ? tous les déportés ne se sont pas retrouvés dans des camps d'extermination ? desquels peu ont survécu. Quoi d'autre ? peut-être que vous ne pensez pas qu'il y avait une politique ciblée du régime nazi envers certaines communautés ? Quoi d'autre ? Je souhaiterais qu'il y en ait beaucoup plus comme lui et beaucoup moins comme vous ...

  • Posté par Buys Alain, dimanche 26 avril 2020, 19:31

    Peut-être tué indirectement par le type en quad que j'ai croisé sur la route en revenant du supermarché. Quelle ironie ...

  • Posté par De Villers Léopold, lundi 27 avril 2020, 8:49

    vous êtes un pâle crétin de tenir de pareils propos!!!!!!!!!!!!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko