Accueil L’année 2021 vue par les journalistes du Soir

Tristesse et colère

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

7 décembre 2021. Après trois ans et sept mois d’attente, Jean-Pierre et Marthe Bangoura ont enfin pu se recueillir devant le corps de leur fils Lamine, jeune homme d’origine guinéenne mort étouffé en mai 2018 dans son domicile de Roulers, sous la pression exercée par cinq policiers belges, qui tentaient de l’expulser… pour un défaut de paiement de loyer de 1.500 euros ! Trois ans et sept mois durant lesquels le corps de Lamine est resté dans une morgue molenbeekoise, au prétexte comptable que la famille ne pouvait pas s’acquitter des frais du funérarium. Personne ou presque, dans notre petit pays de cocagne, ne s’est ému de cette tragédie. Ah oui : en mars 2021, la chambre des mises en accusation de Gand prononçait un non-lieu au bénéfice de l’ensemble des policiers.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’année 2021 vue par les journalistes du Soir

L’année 2021 vue par les journalistes du «Soir»

« Le Soir » s’est prêté à un exercice singulier pour vous proposer de revisiter 2021. Les journalistes de la rédaction ont choisi une photo qui, selon eux, symbolisait au mieux l’année écoulée. Cette photo est accompagnée d’un petit texte qui explique ce choix personnel. Une manière subjective de revivre les événements importants ou plus anecdotiques d’un cru à tout le moins particulier.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs