Jérusalem: les réactions internationales s’enchaînent après les violences à Gaza

©Photonews
©Photonews

La mort de dizaines de manifestants tués par l’armée israélienne à la frontière de la bande de Gaza a suscité lundi une vague de protestations et des appels à la retenue dans la communauté internationale, les Etats-Unis fustigeant quant à eux le mouvement palestinien Hamas.

«  La responsabilité de ces morts tragiques repose entièrement sur le Hamas », qui a provoqué «  intentionnellement et cyniquement cette réponse » d’Israël, a déclaré Raj Shah, le porte-parole adjoint de la présidence américaine.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui aussi dénoncé cette «  organisation terroriste » et martelé que «  tout pays a l’obligation de défendre son territoire ».

Le président palestinien Mahmoud Abbas a de son côté dénoncé un «  massacre ».

L’inauguration lundi a suscité une manifestation de dizaines de milliers de personnes dans la bande de Gaza. Plus de 50 Palestiniens ont été tués par les soldats israéliens à la frontière.

Depuis la Belgique

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a appelé «  à éviter tout usage disproportionné de la force »

Dans un long message sur Twitter, il explique que « depuis la Conférence internationale sur les victimes de violence ethnique et religieuse au Moyen-Orient, je souligne combien il est important d’éviter les gestes unilatéraux qui créent des tensions, comme cela se voit autour de la question de Jérusalem aujourd’hui. J’appelle à éviter à tout prix l’usage disproportionné de la violence et à renouer au plus vite le dialogue en vue d’un accord qui apporte une solution durable au conflit »

Les réactions internationales s’enchaînent

«  Les responsables de ces violations flagrantes des droits de l’Homme doivent rendre des comptes », a commenté le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU Zeid Ra’ad Al Hussein. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit «  particulièrement inquiet » de la situation.

De nombreux pays, dont la Grande-Bretagne, la France et la Russie, ont pour leur part réprouvé l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem, dont le transfert avait été désavoué par 128 des 193 pays membres de l’ONU.

«  Nous appelons au calme et à la retenue pour éviter des actions destructrices pour les efforts de paix », a déclaré un porte-parole de la Première ministre Theresa May.

La France condamne «  les violences » et son président, Emmanuel Macron, «  parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours », a annoncé la présidence française.

Interrogé pour savoir si le transfert de l’ambassade américaine faisait redouter à la Russie une aggravation de la situation dans la région, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a répondu : «  Oui, nous avons de telles craintes, nous l’avons déjà dit ». «  Le sort de Jérusalem doit être décidé par un dialogue direct avec les Palestiniens », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

L’Afrique du Sud a été jusqu’à rappeler son ambassadeur en Israël en raison des violences contre les Palestiniens.

«  En raison du caractère grave et aveugle de la dernière attaque israélienne, le gouvernement sud-africain a décidé de rappeler l’ambassadeur Sisa Ngombane avec effet immédiat », a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

Amnesty International a dénoncé une «  violation abjecte » des droits de l’Homme et des «  crimes de guerre » à Gaza. Human Rights Watch (HRW) a évoqué «  un bain de sang que n’importe qui aurait pu voir venir ».

Du côté de l’Union européenne, Frederica Mogherini, qui dirige la diplomatie européenne, a demandé « à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue ».

«  Nous condamnons ce qui s’est passé », a déclaré l’ambassadeur du Koweït à l’ONU, Mansour al-Otaibi, dont le pays a appelé à une réunion mardi du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Canada a réagi par la voix de sa ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, en disant que « c’est inexcusable que des civils, des journalistes et des enfants aient été des victimes ».

«  Malheureusement, les Etats-Unis se sont placés du côté du gouvernement israélien dans ce massacre de civils et sont devenus complices dans ce crime contre l’humanité », a estimé le Premier ministre de la Turquie, Binali Yildirim.

En Egypte, le ministère des Affaires étrangères a qualifié les personnes tuées de «  martyrs » et mis en garde contre une «  escalade ».

Le grand mufti Shawki Allam a dénoncé, avec l’ouverture de l’ambassade américaine, «  un affront direct et clair aux sentiments de plus d’un milliard et demi de musulmans sur terre », qui « ouvre la porte à davantage de conflits et de guerres dans la région ».

«  L’Arabie saoudite condamne avec force les tirs des forces d’occupation israéliennes contre des civils palestiniens désarmés », a dit son ministère des Affaires étrangères, sans évoquer l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem.

«  Le régime israélien massacre de sang-froid d’innombrables Palestiniens qui manifestent dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde », a affirmé le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, avant de proclamer que c’est «  un jour de grande honte ».

«  La Syrie condamne (…) le massacre » de «  civils palestiniens non armés  », a déclaré une source au ministère des Affaires étrangères.

Pour la ministre des Affaires étrangères de Norvège, Ine Eriksen Søreide, «  il est inacceptable de tirer à balles réelles sur des manifestants ».

«  Le Brésil lance un appel à la modération, à la paix », a réagi son président Michel Temer qui a déploré «  les terribles violences ».

Le roi Mohammed VI du Maroc a dénoncé une «  décision unilatérale ».

Invalid Scald ID.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite